Escapade en amoureux à l’hôtel Estherea, Amsterdam

Amsterdam, c’est moins de 3 heures 30 en train Thalys depuis Paris. Plus accessible que Venise pour une escapade romantique ! Explorons l’hôtel Estherea, peut-être l’hôtel le plus romantique d’Amsterdam. Coincé dans une rangée d’immeubles du 17e siècle sur le Singel médiéval, le plus vieux canal d’Amsterdam, l’Estherea s’épanoui dans un style mi opéra-mi maison close. C’est un lieu parfait pour les amoureux. Imaginez-vous les longues balades tranquilles le long des eaux sinueuses et ensoleillées au lever ou coucher du soleil…

Le quartier aux alentours, Nine Little Streets – un dédale de petites boutiques indépendantes – est aussi idéal pour la flânerie rêveuse entre les pâtisseries et les petites boutiques vendant des livres d’art rares.

Voilà un hôtel bien vivant. Les pièces communes débordent d’orchidées, de tissus fiévreusement colorés, d’appliques antiques ornées et de chandeliers de cristal fanfaronnant. Il y a aussi un aquarium avec une collection impressionnante de poissons dans le lobby.

Pour les occasions très spéciales, il y a deux suites extraordinaires. Le boudoir Orange abrite un grand lit avec cadre en acajou verni, une tête de lit en cuir rouge, des coussins à sequins dorés et un chandelier italien Villari exagérément flashy.

La suite Rose est un peu plus petite mais de taille quand même généreuse, toute en ameublement riche et tissus rose ; elle abrite un coin dressing et un patio vert.

Le bar à cocktails est habillé de fleurs de cerisiers et d’abat-jours à franges dans un rose choquant. Les mixologistes y servent un mojito à vous damner. Le petit-déj est copieux avec des smoothies, des gâteaux, et des salades Méditerranéennes. Il est servi dans une pièce énorme avec des banquettes magenta, des feuilles de cuivre pendant des éclairages et des tasses en porcelaine Hollandaise.

Il y a un coin bibliothèque douillet bordé de livres antiques, une salle de sport, et un salon avec vue sur le canal. Le service en chambre est disponible, pour ceux qui veulent une soirée pépère ou le petit-déj au lit. Le bar à café 24 heures et les bonbons gratuits sont populaires parmi les visiteurs. Vous pouvez aussi louer des scooters et vélos pour explorer les environs.

L’Hôtel Estherea cache une jolie petite histoire. Maria Flieger-Gruyters lança cette drôle de petite maison familiale dans les années 40 ; à l’origine elle loua la vieille maison pendant la Seconde Guerre Mondiale après la mort de son mari. Quand elle la convertis en maison d’hôtes, elle n’avait que 12 chambres.

De nous jours, c’est la petite-fille de Maria, Esther, qui dirige la boutique de 93 chambres, ce qui en fait un des rares business à rester dans la famille. C’est d’ailleurs le frère d’Esther, Jan-Willem, qui prend du temps sur sa journée de travail pour s’occuper de son cher aquarium.

Découvrir (ou redécouvrir) Bordeaux.

Nul besoin d’hésiter sur les raisons pour visiter Bordeaux : pour se balader dans les rues les plus gracieuses de France, bien manger, boire encore mieux, puis passer des moments vivants et inoubliables dans une ville en plein contact avec son côté Latin. Ce n’est pas un hasard qu’après sa classification en tant que site du Patrimoine Mondial en 2007, Bordeaux ait remporté en 2015 le titre de la meilleure destination d’Europe – en compétition avec les plus belles villes du continent.

En plus, il est tellement facile de s’y rendre, même juste pour un weekend. Des TGV desservent la gare de Bordeaux, et pour une option budget tournez-vous vers Ouigo pour des prix commençant à 10€. Le plus simple est d’utiliser un bon de réduction Ouigo pour avoir les meilleurs prix. Le trajet en train de Paris dure seulement 2 heures, ce qui fait de Bordeaux une destination parfaite pour un weekend.

« The very essence of elegance » – l’essence même de l’élégance – a conclu la reine d’Angleterre la dernière fois qu’elle a visité Bordeaux. Le centre a une harmonie du 18e siècle grandiose, inégalé en Europe. Il fut une époque où les habitants auraient eu l’air hautains et distants, et la ville un peu usée sur les bords ; ce n’est plus le cas. Bordeaux s’est vu rénovée en force – les façades restaurées, les trams installés et les bords de fleuves sauvés de l’abandon. Il y a peu de paysages urbains plus nobles en France que le miroir d’eau reflétant le splendide Palais-de-la-Bourse.

La culture, autrefois toute en nœuds papillons et redingotes, a maintenant embrassé le hip-hop. Vous porterez peut-être toujours des boutons de col pour vous rendre au Grand Théâtre, mais dans les bars et clubs du quartier St Pierre ou sur le Quai Paludate, enfilez vos piercings et ne rentrez pas chez vous avant le lever du soleil.

Bordeaux reste le QG du vin et des proprios de châteaux. Beaucoup font leurs affaires dans le quartier Chartrons, où flotte un air de commerce aristocratique. Mais juste à côté il y a aussi un super musée d’art moderne, des bars à tapas en haut de la rue et de la cuisine fusion dans les restaurants. À ce propos, la scène des restaurants haut de gamme se renouvelle depuis quelques années, montrant que Bordeaux est tout à fait dans l’air du temps. Le multi-étoilé-Michelin Joël Robuchonn dirige son restaurant éponyme dans l’ultra-luxueux hôtel Grande Maison depuis décembre 2014. Philippe Etchebest – présentateur meurtrier de Top Chef et Cauchemar en Cuisine notamment – a repris les fourneaux du restaurant du Grand Théâtre depuis septembre 2015, alors que Gordon Ramsay, le chef de l’original Brit de Cauchemar en Cuisine, dirige les opérations gastronomiques du désirable Grand Hôtel.

Pour résumer, bienvenue dans le Bordeaux nouveau. Une dignité ancienne, avec un soupçon de zest et de fruité. À consommer sans modération.

Les plages secrètes de Porquerolles

Les pieds dans les bas-fonds, je laisse mes orteils s’enfoncer dans le sable blanc. Derrière moi, des vagues de bleu et vert prennent gentiment leur élan. En face de moi, une étendue délicate de plage, en croissant de lune ; large au milieu, avec des extrémités effilées de chaque côté. Les Eucalyptus et pins bordent les courbes de la plage.

La mer, le sable et les arbres travaillent en harmonie pour créer cette scène digne d’une île déserte lointaine. Et pourtant cette plage – la Plage de Notre Dame – n’est pas franchement isolée. À seulement 20 minutes en bateau de Hyères, sur la côte Méditerranéenne, Notre Dame brille sur l’extrémité nord-est de l’île de Porquerolles.

Une de trois îles, connues collectivement sous le nom des Iles d’Hyères, Porquerolles, longue de seulement 6,5km et large d’environ 3,5km, est d’échelle assez intime. Ses plages sont petites aussi. J’ai pu pagayer sur la longueur de Notre Dame en quelques minutes. Les odeurs de l’eucalyptus et des pins domine dans l’air. Il n’y a pas de boutiques ni de cafés avec leurs odeurs de cuisine. La construction sur l’île est très régulée, et en grande partie interdite.

On trouve des traces écrites mentionnant Porquerolles au 3e siècle. Le seul village de l’île, à côté du port, fut fondé au début du 19e mais en 1912 toute l’île fut achetée par un aventurier fortuné du nom de François Joseph Fournier, pour a seconde femme, à 1,000,000,010 francs. Il y planta 225 hectares de vignes, ainsi que des centaines d’arbres ; il construisa aussi l’hotel Le Mas du Langoustier. L’écrivain belge Georges Simenon en était un autre fan et il y situa deux de ses romans, Le cercle des Mahée et Mon ami Maigret.

En 1971, l’État acheta la plus grande partie de Porquerolles, la protégeant contre l’urbanisation en lui donnant le statut de parc national et en la désignant comme zone de préservation pendant les années 80. Ainsi, les paysages de l’île ressemblent à la Riviera Française d’il y a plusieurs siècles : des forêts de chênes, des oliviers, figuiers, genévriers, fraisiers s’y étendent, tout comme la lavande, le romarin, la myrte et plus encore de flore Méditerranéenne. Des libellules vert électrique ajoutent des flash de couleurs dans les criques et les baies, et l’abondance de nectar y ravi les papillons.

Y aller

Des bateau-taxi et autres navettes maritimes relient la côte varoise à Porquerolles. La ligne TLV-TVM relie Hyères (Tour Fondue à Giens) toute l’année, et les autres lignes sont saisonnières. L’été, c’est une bonne occasion pour visiter Toulon, Bandol ou encore Saint Tropez. Pour vous y rendre, des TGV sont direct vers Toulon ou encore avec changement à Marseille pour les trains régionaux longeant la côte. Des vols desservent également l’aéroport de Toulon-Hyères ou Saint Tropez.

Vacances dans le Sud tranquilles: Collioure

Le sud de la France est toujours une destination populaire, que ce soit pour les Français ou les touristes étrangers, surtout l’été. Si vous cherchez quelque part de chaud, avec de beaux paysages, des plages propres, et le tout moins bondé que Saint Tropez, rendez-vous à Collioure, au sud de Perpignan et à quelques instants de l’Espagne. Dans le style, c’est aussi proche de Saint-Tropez que ce que la côte du Languedoc-Roussillon peut vous offrir, mais sans le glam, les futilités et les prix absurdes. C’est aussi en général un des endroits les plus chauds et ensoleillés pendant l’été en France.

Cette petite ville (population 3000) a un joli château ; une église emblématique tout aussi distinctive que St Trop ; un labyrinthe de vieilles petites rues ; des palettes de connexions artistiques (Matisse et Derain ont conçu le fauvisme ici) ; des bons restaurants et de suberpes plages.

Naturellement, c’est un peu plus peuplé l’été – comme partout autour de la Méditerranée – mais il est assez facile de s’échapper dans les hauteurs ; à l’arrière se lèvent le début des Pyrénées, vous offrant plus de nature que vous ne pourriez en rêver. Les marchés le mercredi et le dimanche vous fourniront tous les fruits légumes dont vous aurez envie.

Si vous cherchez un appartement à louer plutôt qu’un hôtel, vous avez pas mal de choix dans différentes gammes selon votre budget et la taille de votre groupe ; il y a aussi une résidence Pierre et Vacances en bord de mer, avec des studios à louer.

Pour vous y rendre, prenez le TGV pour Perpignan puis une voiture de location ou un train régional pour Collioure. Si vous venez en avion, les aéroports de Perpignan puis de Girona en Espagne sont relativement proches.

Weekend à Morzine

Morzine fait partie de la zone de ski colossale des Portes du Soleil, qui s’étend sur deux pays – la France et la Suisse – et 13 stations. Avec plus de 700km de pistes à explorer, il est impossible de tout voir en un weekend, mais en vous basant à Morzie vous trouverez des longueurs pour les skieurs et boardeurs de tout âge et tout niveau.
Morzine est une ville Alpine animée – un peu plus grande que beaucoup d’autres dans la région – avec des chalets traditionnels en bois et des toits d’ardoise qui donnent ce charme Savoyard. Elle abrite une foule agréablement plus âgée dans la majorité de ses bars et restaurants.

Le seul désavantage c’est l’altitude basse – environ 1005 mètres ; allez-y trop tôt dans la saison et vous n’arriverez peut-être pas à skier toute la descente jusqu’à la station. En plus du ski Morzine propose de la plongée sous glace, de la snowmobile, du toboggan et des raquettes. Il y a aussi une patinoire de renommée mondiale.

Y aller

Les gares de Cluses et Thonon-les-Bains sont respectivement à 30 et 33km de Morzine, avec des liaisons TGV quotidiennes pour la première, et les samedi et dimanches pour la deuxième. Des bus réguliers assurent la liaison avec la station de Morzine .

Morzine est à 75km de Genève, avec un temps de transfert d’à peine plus d’une heure – un des plus court des Alpes – ce qui en fait une destination weekend parfaite même si vous venez de l’étranger : un vol assez tôt dans la matinée pour Genève, et vous pourriez être sur les pistes avant le déjeuner !

Y dormir

Pour se faire plaisir, allez au chalet exclusif Flexiski, dans le petit village de Montriond pas loin du centre-ville de Morzine. Les séjours de trois ou quatre nuits incluent la pension, les vols et les navettes vers les pistes.

En milieu de gamme, l’Hôtel Le Samoyède est un trois étoiles avec des chambres style montagnard confortables, chacune avec son propre caractère. Il est situé au cœur de la station, à quelques minutes des remontées Du Pleney et de l’école de ski.

À cinq minutes du centre-ville, pour une option budget, vous avez l’Hôtel l’Igloo. Les chambres sont propres, basiques et de taille décente. Le personnel est sympa, et les chambres sont petit-dej inclus.